Les Indiens occupaient Lacanau

Quand les  indiens occupaient Lacanau

Septembre 1943 - 15 août 1945

http://www.lacanauocean.com/fr/histoire-occupation-lacanau-Freies-indien-legion.htm

Netaji Subhas Chandra Bose, avocat à Calcutta et ancien président du Congrès national Indien. Chandra Bose fut un des principaux rivaux de Mahatma Gandhi pour prendre la direction du grand mouvement populaire destiné mettre fin à la domination britannique en Inde.

Bose est élu président du Congrès national indien pour deux mandats consécutifs. Il doit cependant démissionner face à une motion de défiance, motivée par un conflit idéologique face au Mahatma Gandhiose est élu président

Bose est emprisonné onze fois par les Britanniques.

Contrairement à Gandhi, toutefois, Bose n'est pas un adepte de la non-violence pour obtenir l'indépendance de l'Inde. Il préfère "l'ennemi de mon ennemi est mon ami". Bose voit alors dans la guerre entre la Grande-Bretagne  et l'Allemagne l'occasion de faire avancer la cause de l'indépendance de l'Inde.

Aussi le 17 Janvier 1941, Bose s'évade de son domicile à Calcutta sous surveillance Bose britannique à et avec  l'aide de l'Abwehr(Wehrmacht Military Intelligence), il se rend à Peshawar au Nord-Ouest de l'Inde  (Actuellement au Pakistan) à la frontière de l'Afghanistan. Les partisans de l'Aga Khan l'aide à traverser la frontière et a atteindre l'Afghanistan, où il est rejoint par une unité de l'Abwehr qui le fait passer en Russie. Une fois en Russie, le NKVD transporte Bose à Moscou où il espère que la Russie traditionnellement hostilite à la domination britannique en Inde serait un appui.

Cependant Bose trouve la réponse des Soviétiques décevante et contacte l'ambassadeur allemand à Moscou, le  comte von der Schulenberg.
Presque immédiatement, Bose est employé pour la propagande radio organisée par les Allemands, Mais Bose souhaite jouer un role dans une opposition plus directe que la simple propagande.

L'occasion se présente presque immédiatement quand, en avril 1941 la plupart des membres de la 3e brigade indienne motorisée de l'armée Britanique ont été faits prisonniers par Lieutenant General Rommel de la Deutsche Afrika Korps à El Mekili en Cyrenaique (Libye).

Le 15 Mai un Major de la luftwafe est envoyé pour interroger les membres anglophones des prisonniers en vue de recruter des hommes pour un projet d'unité de soldat indiens dans l'armée de terre allemande.

Indien Légion

Un camp spécial pour les 10.000 prisonniers de guerre Indiens est alors installé à Annaburg, où les prisonniers indiens reçoivent la visite de Bose et sont exposés à une propagande intensive pour obtenir leur enrôlement dans l'Indien Légion, l'Azad Hind Légion ou la Tiger Légion.

Les 6000 prisonniers Indiens considérés comme plus réceptifs aux idées de Bose sont transférés au camp de Frankenburg, où ils recoivent une formation militaire par des officiers et sous-officiers allemands.

Sur les 6000 hommes à Frankenburg, 300 volontaires sont transférés de nouveau à Künigsbrück près de Dresde en Saxe où sont équipés d'uniformes de l'armée de Terre allemande avec un badge en forme de bouclier avec trois bandes horizontales de couleur safran, blanc et vert : les couleurs nationales indiennes, et d'un tigre bondissant superposés sur la bande blanche et avec la légende "Freies Indien" en caractères noirs sur fond blanc.

Les Sikhs de la Légion sont autorisés à porter un turban (d'une couleur appropriée à leur uniforme) et en fonction de leur religion au lieu de l'habituel casquette.

Ces hommes constituent alors la Légion Freies Indien de l'armée allemande et prêtent serment d'allégeance lors d'une cérémonie le 26 août 1942. Les rangs de la nouvelle Légion sont grossis par des centaines de nouveaux membres La participation de certains est loin d'être volontaire jusqu'à la mi-1943.

La Légion Freies Indien / Indisches Infanterie Régiment 950 est organisée comme un régiment d'infanterie de l'armée allemande de trois bataillons de quatre compagnies.

Contrairement à la pratique britannique de l'armée des Indes, les unités de la Légion étaient tous de religions mixtes et de provenances régionales distinctes. Environ deux tiers des membres de la Légion sont musulmans et un tiers hindous.

La langue officielle de commandement est l'hindi, mais comme de nombreux membres de la Légion provenaient des  différentes régions de l'Inde, l'Hindi n'est pas parlé par tous.

En outre, les allemands sont presque en totale incapacité à fournir du personnel capable de parler l'une des  langues du sous-continent indien, obligeant les Allemands à utiliser l'anglais pour la plupart de leurs communications avec les Indiens.

L'anglais a également été souvent utilisé entre les Indiens de diverses origines linguistiques au sein de la  Légion.

A l'origine le commandement allemand envisage d'utiliser cette nouvelle force militaire lors d'une future campagne via le Caucase, à travers l'Iran vers l'Inde pour mettre fin à la domination britannique sur le subcontinent.

Dès la fin du mois d'août 1941, les allemands élaborent un programme pour parachuter en Inde la légion indienne, afin de démarrer une révolte anti-britannique.

En janvier 1942 l'opération "Bajadere" est lancée. Une centaine d’Indiens sont parachutés à l'est de l'Iran dans le but de s'infiltrer en Inde par l'intermédiaire du Baluchistan et de commencer les opérations de sabotage contre les Britanniques.

Avres les revers de l'Axe à Stalingrad et El Alamein, à la fin de 1942, l'attaque de l'Inde par les puissances européennes de l'Axe, apparait de plus en plus comme une hypothèse improbable.

Par contre, au même moment en Extrême-Orient, l'armée japonaise est en Birmanie ; aux portes de l'Inde.

Grâce à leur ambassadeur à Berlin, le général Oshima, Bose est nommé comme chef d'un gouvernement indien en exil et parrainé par les japonais.

Le 9 Février 1943 Bose, son adjudant le Dr. Hassan Habib et de deux officiers de la Légion indienne quittent le port de Kiel à bord du sous-marin U-180, sous le commandement du Fregattenkapitän Musenberg. Le sous-marin contient également les plans des moteurs à réaction et d'autres armes secrètes allemandes destinés à être confiés aux japonais pour aider leur effort de guerre, ce qui montre une confiance certaine entre le haut commandement allemand et Bose.

Chandra Bose et les plans secrets sont transférés, lors d'un rendez-vous au large de Madagascar dans une mer agitée, sur le sous-marin japonais I-29. Ils arrivent finalement au port de Sabang, une île au large de l'extrémité nord de Sumatra, occupée par les japonais le 6 Mai 1943.

Bose voyage par la suite de Singapour à Tokyo pour entamer des pourparlers avec le gouvernement japonais.

En fin de compte Bose est parvenu à mettre en place une force armée indienne "Indian National Army" qui a combattu aux côtés des Japonais face à la 14e armée britannique en Birmanie et dans l'extrême nord-est de l'Inde.

Après le départ de Bose pour Singapour, les discussions entre le Ministère allemand des affaires étrangères et de l'Abwehr ont abouti à un plan de transfert de la direction de la Légion Fries Indien à l'Extrême-Orient.

Compte tenu de la situation de guerre et de domination des forces alliées sur l'Atlantique et l'océan Indien, l'opération est extrêmement audacieuse et demande une planification minutieuse. Malgrè tous les efforts, la majorité des troupes ne put être transférée.

La légion Freies Indien, coincée en Europe est donc transférée dans la région de Zeeland aux Pays-Bas en avril / mai 1943.  Elle reste en garnison dans le cadre du Mur de l'Atlantique jusqu'à Septembre de la même année.

Le commandant du 88ème Corps d'armée estime que les troupes indiennes ne doivent pas être stationnées dans les Pays-Bas au-delà de la fin du mois d'octobre car il estime que le climat froid sur la côte de la mer du Nord  serait préjudiciable à leur santé.

Il conseille donc de les envoyer dans le sud de la France.

 

Arrivé de la légion indienne dans le Médoc

Le 17 Septembre 1943 le régiment est transféré à Saint-André de Cubzac, dans le sud-ouest de la France, puis déployé sur la côte atlantique et à Lacanau, près de Bordeaux. La légion est inspectée  Lacanau Océan par le Général feldmarschall Rommel en février 1944.

Le 8 août 1944, la Free Indian Legion (qui compte désormais environ 2.300 hommes), comme toutes les légions de l'armée allemande, est placée sous le commandement de la Waffen-SS et porte désormais  le nom de : Indische Freiwilligen Legion der Waffen SS. Un nouveau commandant est nommé à sa tête : SS Oberführer Heinz Bertling.

La légion est restée à Lacanau plus de deux mois après le débarquement allié en Normandie.

Toutefois, l'installation d'une tête de pont en Normandie et face à la menace croissante d'un débarquement allié sur la côte méditerranéenne, la Légion indienne prend le risque d'être encerclée.

Le 15 août 1944 (le jour même du débarquement allié en Provence), la Légion quitte Lacanau pour l'Allemagne.

 

La retraite de Lacanau à la frontière Suisse

La première partie de leur voyage, en chemin de fer jusqu'à Poitiers où ils ont été attaqués par des FFI (Forces Françaises de l'Intérieur) et un certain nombre d'hommes sont alors blessés.

La résistance française continue à harceler la Légion et à la fin du mois d'août l'Indische Freiwilligen Legion subit son premier mort au combat. La Légion poursuit son retrait en marchant la nuit, mais n'a plus de victimes. Les indiens passent la Loire en direction de Dijon, puis marchent vers Colmar en Alsace.

Fin mars 1945, avec la défaite imminente du Troisième Reich, les Indiens tentent de chercher refuge en Suisse en passant le long du Lac de Constance pour tenter d'entrer via l'un des cols alpins. Toutefois, leur plan échoue et la Légion est capturée par les forces des Etats-Unis et des forces françaises.

Finalement, les prisonniers, membres de la Légion indienne ont été transportés vers l'Inde par voie maritime, où un certain nombre de hauts responsables ont été emprisonnés.

Compte tenu de la pression utilisée pour recruter des prisonniers de guerre Indiens pendant leur captivité les membres de la Légion indienne ont été traités avec indulgence.

Le chef politique de la Légion était déjà mort.

Subhas Chandra Bose trouve la mort dans un accident d'avion à Taipei (Taïwan) le 18 août 1945 alors qu'il tentait de s'échapper en Mandchourie à la suite de la capitulation japonaise. Cependant, des rumeurs qu'il était encore en vie et qu'il travaillait pour les communistes chinois ont persisté pendant plusieurs années.

L'allemand Brandenburgers et les agents de Abwehr qui étaient restés avec la «Indian National Army" en Extrême-Orient ont, selon la rumeur, rejoint la Légion étrangère française, à Saigon en Indochine française.

 Des festivités se sont déroulées en Inde à l'occasion du centième anniversaire de la naissance de Bose en 1997.

Un aéroport et plusieurs artères dans les grandes villes indiennes portent son nom. Il y a des monuments à sa  gloire, ainsi que des pièces de monnaie et des timbres-poste.