24 heures SOLEX-Jean LIAUBET

 

Je tiens à ce que la propriété intellectuelle (et les fautes) de mon texte soient respectées.

Il y a quelques temps Xavier Courtoux, m'a écrit pour me féliciter des souvenirs de Caychac que je ravivais et il m'a rappelée les bons souvenirs que lui avaient laissés les 24 heures de SOLEX dans son enfance.

Comme j'avais quelques souvenirs personnels, mes parents habitant derrière l'église Saint-Joseph de Caychac, j'étais, je peux le dire, aux premières loges. D'autre part, je faisais partie, à son origine, du bureau d'HARDY CAYCHAC, société de fêtes, créée par Henry BLANC dont M. BONS avait pris la succession à la présidence de 1976 à 1980 puis remplacé par M. QUILLO de 1981 à 1992.

En 1991, mon mari a fait partie de la société de pêche : "Le Moulinet Blanquefortais" et mon destin a croisé celui de Jean Liaubet président de cette association et conseiller municipal de Blanquefort avec Jean-Pierre Delhomme, Maire.

Jean LIAUBET avec sa femme et ses enfants, Dominique, Patrice, Jean-Marc, Brigitte  aura été le meilleur animateur bénévole de Blanquefort, celui qui a rassemblé le plus de participants lors des manifestations qu'il a organisées depuis son arrivée à Blanquefort vers 1967 ? (à la construction du lotissement Saturne) cela est passé inaperçu, et je tiens à lui rendre hommage.

Tous les documents figurant, ci-dessous, font partie des archives personnelles de Jean Liaubet. Pour certains documents il m'en a donné un exemplaire et pour d'autres il m'en a fait la lecture. Il m'a aussi raconté des anecdotes. Dans ce mode de fonctionnement il peut y avoir des erreurs de compréhension et l'orthographe des noms peut être erroné. Ceux qui me liront peuvent à tout moment me contacter pour me signaler des erreurs ou me raconter leurs souvenirs. Chaque participant ayant vécu ces évènements laborieux et festifs d'une façon qui lui appartient en propre.  

___________________________ 

LES 24 HEURES DE SOLEX 1976 -1992

Document écrit pour la ville de Blanquefort par Jean Liaubet sur l'origine des 24 heures de Solex.

COMMENT ? 

                         POURQUOI ?

                                                   POUR QUI ?

ou LA NAISSANCE DES 24 HEURES DE SOLEX DE CAYCHAC-BLANQUEFORT

Au cours de l'hiver 1972, mes activités professionnelles m'avaient conduit en Savoie ; et, par la même occasion au Salon de l'Automobile de GENEVE.

J'étais alors Président d'une importante Association de Parents d'Elèves et annuellement, afin de rehausser notre trésorerie nous organisions Kermesses et bals mais les résultats financiers n'étaient pas ceux que nous escomptions.  En effet, les kermesses amenaient un public nombreux mais peu de bénéfices, et les bals très peu de monde.

Il fallait dès lors trouver autre chose mais quoi ? La question posée maintes fois demeurait sans réponse.

Le voyage de la Savoie à Bordeaux, me laissant le temps de penser et de réfléchir, le souvenir du Salon de l'Automobile me suggéra plusieurs idées de compétitions : motos - karting- voitures de petites cylindrées, - je savais aussi qu'il existait à Toulouse une compétition de 4 heures de cyclomoteurs c'est alors que j'ai eu l'idée de mettre sur pieds une course de "vélosolex" (petit engin que je connaissais bien puisque j'avais essayé l'un des premiers en 1947 et en avais usé 3 par la suite). Mais il fallait que cette course dure 24 HEURES !

Fier de mon idée, je la soumis au Bureau de mon Association, mais le projet, jugé trop ambitieux, ne fut pas retenu.

Quelques années plus tard je rencontrais le Président BONS du Comité "HARDY-CAYCHAC" rencontre assez orageuse d'ailleurs, mais qui heureusement se termina fort bien. Au cours de la conversation qui suivit je lui fis part de cette idée de "24 HEURES DE SOLEX".

Quelque temps plus tard, j'eus la visite du Président BONS qui venait me demander de participer à l'animation de son Comité des Fêtes. J'acceptais bien volontiers. Lors de nos réunions nous devions reparler des 24 HEURES, et après mûres réflexions, le jour "J" fut fixé au 19 JUIN 1976 !!

Avant toute chose c'était les jeunes qui étaient visés, puis les habitants de CAYCHAC, et de BLANQUEFORT et d'ailleurs... enfin le plus de monde possible.

Dans mon idée, à partir d'un vieux SOLEX et à peu de frais, un collégien, un apprenti, un étudiant devaient pouvoir bricoler une machine qui tiendrait 24 HEURES, car, plus qu'une compétition, il fallait en faire une épreuve d'endurance. De plus il était nécessaire que les Familles, les Copains, les Amis, puissent venir s'installer et grossir la foule des curieux afin d'en faire une immense kermesse, cette kermesse endiablée que nous connaissons aujourd'hui.

Si j'assume la "paternité" des 24 HEURES, la réussite est due à toute l'équipe qui entoure le Président et qui pendant plusieurs mois chaque année, prépare cette attraction, unique en son genre.

J'ajouterai que les participants de tous âges, dont certains ont passé de nombreux mois à mettre au point leur mécanique, ainsi que vous, spectateurs qui sacrifiez votre nuit pour encourager les concurrents ; contribuez pour une grande part à la réussite de cette épreuve. Soyez en remerciés.

Je crois maintenant avoir répondu à la question : "comment avez-vous eu l'idée des "24 HEURES DE SOLEX" ?

Je vous donne rendez-vous le 21 JUIN 1980 pour le prochain départ, sur une nouveau circuit...

Jean LIAUBET

---------------------------------------

COMITE DES  FETES ET DE BIENFAISANCE HARDY-CAYCHAC

REGLEMENT DES "24 HEURES DE SOLEX" - 1976 -

ARTICLE   1° - La course se fait par équipe de DEUX. Le prix de l'engagement est fixé à CINQUANTE FRANCS (50Frs). Chaque équipe peut avoir son mécanicien qui devra rester à son stand de ravitaillement. Toutefois les concurrents peuvent effectuer les petits dépannages sur place (ex : crevaisons, chagement de bougies etc..)

ARTICLE   2° - Sont admis à participer à cette course les SOLEX de types : 600 - 650 - 1010 - 1400 - 1700 - 2200 - 3300 - 3800, jusqu'en 1972.

ARTICLE   3° - Toutes les pièces du SOLEX pourront être changées ou réparées excepté le cadre qui sera poinçonné avant le départ.

ARTICLE   4° - Le SOLEX devra porter, fixé à son arrière droit, un hauban de 30 x 30 en bois, ou en métal, où sera indiqué en blanc sur fond noir, le numéro du dossard en chiffres d'environ 15 x10 sur 2 cm de large.

ARTICLE   5° - La course se fera avec le respect total du CODE DE LA ROUTE tant en ce qui concerne la signalisation routière, que l'équipement de l'engin (avertisseur sonore, éclairage, freins, échappement, nuisances etc.) Le port du casque est OBLIGATOIRE.

ARTICLE   6° - Le circuit sera tracé, balisé, et contrôlé par des commissaires.

ARTICLE   7° - Chaque engin devra être assuré personnellement par son propriétaire. L'ATTESTATION sera demandée avant le départ.

ARTICLE   8° - LE COMITE DES FETES se réserve la faculté d'annuler la course à tout moment ou d'en modifier le parcours. En cas d'annulation, le prix de l'engagement sera remboursé.

Le départ sera donné MOTEUR ARRETE, le samedi 19 JUIN 1976, à 11 heurs précises, et l'arrivée est prévue le dimanches 20 JUIN 1976 également à 11 heures. Les résultats seront proclamés au cours du Vin d'Honneur qui suivra.

ARTICLE   9° - L'équipe gagnante, sera celle qui aura effectué le plus grand nombre de tours en 24 heures, et aura satisfait à tous les contrôles officiels.

ARTICLE 10° - Toute infraction au présent règlement et au CODE DE LA ROUTE, entrainera obligatoirement l'élimination de l'équipe.

ARTICLE 11° - Le contrôle et poinçonnage des engins au départ, sera effectué le SAMEDI 19 JUIN 1976 à 9 heures.

             De nombreux prix seront remis aux gagants, à savoir !

                        1 er    PRIX : 2 SOLEX

                        2 ème PRIX : 2 MINI-VELOS

                        3 ème PRIX : 1 PAIRE DE JUMELLES - 1 APPAREIL DE PHOTO

                                                       etc, etc...

--------------------------------------------------------------

LES ANIMATEURS :

Au tout début : JEAN LIAUBET -

En 1979, un chanteur débute aux 24 HEURES DE SOLEX DE CAYCHAC  : HERBERT  LEONARD !!!

En 1980, l'animateur de RADIO-MONTE-CARLO : GEORGES MARTINEZ.

 STUDIO 2000

--------------------------------------------------------------

LES 24 HEURES DE SOLEX ont élé un regroupement intergénérationnel et familial, des familles principalement de Caychac, de Peybois et de Blanquefort qui se sont retrouvées à la fois, unies par l'amitié et en compétition les unes contre les autres lors de cette manifestation. Bien entendu des équipes venues d'autres lieux et d'autres régions participaient à ce Grand Carrousel et tout le monde était choyé par les organisateurs.

MEMBRES DU COMITE DES FETES  et ANIMATEURS :

Il étaient tous étroitement mêlés et je vais certainement en oublier :

- M. BONS aidé de Mme BONS (conseillère municipale).

- Mme et M. DILLAIRE et leurs 2 fils.

- Michel OLIVIER (dont les 24 heures de 1979 seront la dernière sortie).

- Les 2 frères PRADELLE.

- La famille Joseph GARCIA et ses fils.

- La Famille ALIPS avec leurs 4 enfants.

- M. DONNAY aidé de Mme DONNAY (conseillère municipale soeur de Mme Guiraud qui a beaucoup participé au monde associatif), et de leurs 2 fils.

- La famille LIAUBET avec leurs 4 enfants auxquels avec les années viendront s'ajouter belles-filles et gendre.

- La famille CORNET avec leurs 2 enfants.

- Francis AUMASSIP qui lui aussi a toujours participé aux diverses animations de Blanquefort.

- La famille QUILLO avec leurs 2 enfants.

- La famille COURTOUX, Grands-parents, enfants, petits-enfants.

- La famille TILLET.

Il en manque certainement beaucoup dans cette liste, vu de l'extérieur nous avions l'impression que tous les habitants participaient à cette manifestation, rendue possible par le prêt des terrains, dans les années 80 des familles :  CELS, VERGNAUD et Jean et Roger OLIVIER. Ces terrains étaient situés le long de la rue de Peybois qui longe le côté ouest de l'Eglise Saint-Joseph de CAYCHAC.

 

Plan du 1er circuit qui dura 2 ans,

 

1er-circuit-1.jpg

 

Podium de départ  devant la forge de M. Baumet (bâtiments de l'ancien Maréchal Ferrant, M. Paillasse) avenue Charles de Gaulle. Départ le samedi à 11h, Arrivée le dimanche à 11h.  En 1977 le départ était donné le samedi à 18h et l'arrivée le dimanche à 18h.

Circuit :

Avenue Charles de Gaulle, à droite rue Mathurin Olivier, à droite rue de Peybois, à droite rue de la forge, à droite avenue Charles de Gaulle, la boucle est fermée.

 

Plan du 2ème circuit mis en place en 1978 :

 

2eme-circuit-1.jpg

Circuit :

 Départ : Avenue du Général de Gaulle (La Forge), à droite rue de Bel-Air, direction Parempuyre, rue de La Gare, au carrefour de  parempuyre à droite rue de Bordeaux, avenue du XI Novembre,retour vers Caychac, une partie de l'avenue du XI Novembre puis à droite rue de La Rivière, à droite avenue Charles de Gaulle, la boucle est fermée.

 

 Voici les vitesses moyennes et les kilomètres parcourus sur 10 ans : 

années      vitesses       kilomètres

1976 39,9 957,6
1977 44,8 1076
1978 47,7 1144,8
1979 49,2 1180,8
1980 49,41 1185,9
1981 53,34 1280,3
1982 51,37 1233,10
1983 56,05 1345
1984 52,60 1262,06
1985 54,33 1303,9

 

 Dans les années 80, la Sociétè SOLEX, demanda que le mot Solex, soit supprimé des affiches et dans l'intitulé de la compétition...Car c'est une Marque Déposée.

Donc on trouvera les affiches avec un nouveau 'Slogan' :  GRAND CARROUSEL DES 24 HEURES    HARDY-CAYCHAC

Voici une copie d'affiche de 1980 appartenant à Jean Liaubet.

 

grand-carrousel-1.jpg

 

Plan du 3ème circuit mis en place en 1980 :

 3eme-circuit-1.jpg

 

Le circuit :

Départ de Peybois (Forge de Jeannot Olivier) , rue de peybois, à gauche rue alcide Eyquem, à droite rue des Marnières, à gauche rue Nicolas Boileau, à gauche rue du Clapeau, ensuite rue du Vivey, à gauche rue de Linas, à gauche rue Montaigne, à droite rue de Tanaïs, à gauche rue de Peybois la boucle est fermée.

1980 : dernière année pour Monsieur BONS, en tant que  président du Comité des fêtes Hardy-Caychac, en 1981 il sera remplacé par Monsieur QUILLO.

Quelques chiffres :

En  1977 il y avait 71 concurents, en 1980 99 concurents, en 1984 - 90 concurents, en 1990 - 53 concurents, ils étaient 40 concurents en 1991 et 65 en 1992.

 

  NOMS QUI RESTERONT DANS LA LEGENDE DES 24 HEURES DE SOLEX DE CAYCHAC-BLANQUEFORT :

1976 Martinez-Fray
1977 Lefoll-Castro
1978 Lefoll-Castro
1979 Thieulene-Pesci
1980  Cuisinier-Cameron
1981  Arlaud-Plande
1982  Lucet-Grand-Moursel
1983  Daunay-Thieuleux
1984  Campinc-Hersin
1985  Ratie-Gimenez
1986  Gimenez-Chaigneau
1987  Bellarbre-Beauviconte
1988  Bellarbre-Noveras-San Roman
1989  Gimenez-Masaoud-Puizentian
1990  Danet-Grand'Moursel-Chaveau
1991  Lastiesas-Lastiesas Blanchet

 

 Quelques équipages connus :

1984 - Patrice Liaubet et Delichie portent le N° 50, écurie ALONZO

1984 - Monique Liaubet et Pelissier P.  portent le N° 06, écurie ALONZO

1985 - Jean-Marc Liaubet et Bernard Cors portent le N° 18, écurie ALONZO

1986 - Emmanuel Tridant et Bruno Delcamp, écurie le G.A.H.BLE

1987 - Alain Tridant et Philippe Rochet, écurie le G.A.H.BLE

----------------------------------------------------

A cette époque là mes préoccupations étaient autres, je n'ai seulement que quelques vagues souvenirs.

- La stupeur, quant  nous avons appris que Bernard Lafuente avait rencontré le mur de l'église et qu'il était hospitalisé au CHU.

- Le bruit pétaradant des engins plus ou moins poussifs de jour comme de nuit.

- Les participants épuisés pédalant sur leurs Solex en fin de course, parcourant le circuit où des mottes de paille protégeaient les endroits stratégiques.

-  Les caravanes où les organisteurs et leur famille habitaient pendant plus de 24 heurs pour tout surveiller et les ateliers pour que les habilent mécaniciens réparent les pannes des Solex.

- Les utilitaires, voitures et  petites tentes des concurrents qui pouvaient s'y reposer.

- L'immense tente, dans les années 79, implantée sur le terrain de la famille CELS, rue de Peybois animée par la musique, la foule des supporters, des participants, des organisateurs et des badauds qui venaient se restaurer.

- A la fin des années 80, le chapiteau s'était déplacé dans le village de Peybois, sur le terrain de Roger Olivier, dans le périmètre de la forge de son frère Jean, et près du terrain que Louis Vergnaud prêtait pour l'occasion. Ce châpiteau était une véritable ruche, tout le monde était affairé à la confection des sandwiches, au stokage des marchandises, au service des clients très nombreux et rigolards. Il y avait une chaude ambiance de camaraderie et de franche gaîté et malgré la fatigue, les plaisanteries fusaient jour et nuit.

- Puis le poduim, les commissaires de course ayant fini leur travail le classement réalisé, Monsieur le Maire Jean-Pierre DELHOMME, ses adjoints et Messieurs LIAUBET, BONS puis QUILLO, remettaient les coupes et lots aux heureux vainqueurs.

- La petite leçon de morale : En ce temps là il y avait encore des terrains disponibles, des gens généreux de leurs biens et de leur temps, des jeunes qui s'amusaient en compagnie de leurs parents à des jeux collectifs qui ne prenaient pas la tête.