La Maison Haute 1861

 

La Maison Haute (Deuxième maison derrière l'Eglise)  maisons et terrains mitoyens, les propriétaires semblent être les mêmes.

Le 31 juin 1861 (Avant la construction de la Chapelle Saint Joseph)

DONATION PARTAGE

Par devant Pierre Courregeoles, notaire, résidant à Blanquefort arrondissement de Bordeaux, et département de la Gironde,

Sont comparus :

M. Antoine Vignolles, propriétaire, sans profession et la dame Micau, son épouse, sans profession, de lui autorisée à l'effet des présentes, demeurant ensemble  commune de Blanquefort à Caichac. Lesquels ont déclaré que les seuls enfants issus de leur mariage sont :

- M. Robert Vignolles, marchand, demeurant à Bordeaux, rue de la Course N° 18

- La Dame Marie Vignolles, sans profession, épouse de M. Jean Ferry, boulanger, demeurant à Bordeaux, Allées d'Amour, n° 4

- La Dame Catherine Vignolles, sans profession, épouse de M. Pierre Lattié, chemisier, demeurant ensemble, à Bordeaux, rue du Pas Saint Georges, N° 8

- La Dame Catherine Vignolles, épouse décédée, de M. Clément Castagnet, tonnelier, demeurant à Bordeaux, rue Denise n° 54

                      g- La dite Dame Castagnet représentée par la Dame  Jeanne Castagnet, sans profession, épouse de M. Guillaume Juilliat, meunier, demeurant ensemble à la Nouvelle Orléans (Etats Unis d'Amérique).

                              - Pour la Dame Marie Castagnet, sans profession, épouse de M. Pierre Sarraute, instituteur communal, demeurant ensemble commune de Blanquefort, à Caichac, ces deux dernières majeures.

                              - Pour la demoiselle Marie Castagnet, sans profession âgée de treize ans, sous la tutelle de M. Clément Castagnet, son père avec lequel elle demeure.

      Après cette déclaration, les comparants ont dit que voulant user de la faculté résultant des articles 1075 et 1076 du code Napoléon, ils vont proposer à leurs enfants  prénommés et à leurs petits enfants de leur faire donation et partage anticipé de leurs biens.

     En conséquences de cette proposition, sont aussi comparus :

     Monsieur Robert Vignolle ; la Dame Marie Vignolle,  épouse assistée et autorisée de M. Ferry ; la Dame Catherine Vignolle épouse assistée et autorisée de M. Lattié ; M. Castagnet agissant comme père et tuteur  de la demoiselle Marie Castagnet mineure ; la Dame Marie Castagnet épouse assistée et autorisée de M. Sarraute ; tous déjà nommés qualifiés et domiciliés :

M. Sarraute agissant en outre, au nom de la Dame Jeanne Castagnet, aussi sus nommée, en vertu de la procuration en forme de cette dernière, passée en minute, en présence de témoins, devant Me Henri Germain, Chancelier du Consulat de France à la Nouvelle-Orléans ; expédition de laquelle procurations, lue aux parties,  est ci-annexée.

      Cette dite proposition, accueillies par ses derniers nommés, M. Vignolle et la Dame Micau, son épouse ont  procédé à la division de tous leurs dits biens, ainsi qu'il suit :

       PREMIER LOT :

Il est attribué indivisément, par tiers, à la demoiselle Marie Castagnet, mineure ; à la Dame Marie Castagnet épouse de M. Sarraute et à la dame Jeanne Castagnet, épouse de M. Juillat ; ce à accepté par :

M. Clément  Castagnet : pour la dame Marie Castagnet épouse de M. Sarraute et par ce dernier pour la Dame Jeanne Castagnet épouse de M. Juillet au noms qu'ils agissent : il se compose :

1° D'une chambre, du grenier au dessus, d'un corridor, de la partie d'un autre grenier au dessus du dit corridor, limité par la largeur de ce dernier ; d'un chai sur le derrière, de la largeur de la chambre et du corridor ; de deux autres chambres, une ayant servi de fournière, et l'autre de cuisine : le tout commune de Blanquefort village de Caichac. Confrontant du levant au second lot, mur mitoyen, quand au corridor et autre mur établi mitoyen à l'alignement du corridor pour séparer la dite partie de grenier : du couchant à la bâtisse de Lalande, mur mitoyen jusqu'à la hauteur des murs de ce dernier et à l'ancienne route départementale : du nord à un chemin public et du midi pour la troisième chambre ayant servi de cuisine à la baisse de Lalande , mur mitoyen et à la partie de la cour du devant de la première chambre et du corridor, sur leur largeur : la dite partie ou cour dépendant du présent lot, confronté du levant à la cour du second lot : du midi à un passage commun, du couchant à une place commune et du nord aux bâtisses du présent lot;

2° D'un jardin, au même lieu ; confrontant du levant au jardin de Lalande borne mitoyenne, du couchant midi et nord à des passages communs.

3° Une courrège de terre, au dit lieur de Caichac, confrontant du levant et couchant au Sieur Lalande, rouilles mitoyennes et du nord et midi à des passages publics.

4° De la moitié, à prendre vers nord, d'une pièce de terre de Caichac confrontant du levant à la route départementale : du couchant à un passage de 3 mètres de large, n'appartenant pas au second lot ce passage prend au chemin public vers nord, borde le mur Est de la grange du second lot et aboutit vers le midi: du nord à un chemin public et du midi au second lot, borne à établir mitoyenne

5° D'une pièce de terre et d'une pièce de vigne, en un seul tenant situés bois de lacanau dite commune de Blanquefort, confrontant au levant à la terre de Blandin aîné : du couchant à une vigne de Tartas : du nord à un chemin public et du midi au quatrième lot, rouilles mitoyennes.

6° D'une pièce de terre en pins, lieu du chemin palu, commune du Pian : confrontant du levant à Louis Micau, du couchant à Pierre Eyquem, rouilles mitoyennes : du nord à un fossé entre deux et du midi au chemin palu.

     SECOND LOT :

Il est attribué au Sieur Robert Vignolle, acceptant et se compose :

1° D'une chambre, du grenier au dessus, sur la largeur de la dite chambre, à la cour du présent, d'une écurie, d'une grange à l'est de cette chambre et de la cour au midi des dits immeubles, le tout intégré commune de Blanquefort à Caichac, confrontant du levant à un passage d'une largeur de 3 mètres à prendre vers nord au chemin public et aboutissant vers midi en bordant  le mur de la grange du présent lot : du couchant à la partie de la bâtisse du premier lot mur mitoyen et autre mur à établir mitoyen en ligne de celui du mur est au corridor du premier lot : du nord à un chemin public et du midi par la cour à un passage commun.

2° De la moitié à prendre vers midi d'une pièce  de terre au dit lieu de Caichac : confrontant du levant à la route départementale du couchant, du nord au premier lot et du midi à divers, rouilles mitoyennes.

  De deux courrèges de terre en vignes, lieu du Queyron même commune, confrontant du levant à Jean Techeney, du couchant à Jean Roudeyrou, et du nord à un ronteau commun et du midi à un chemin public, rouilles mitoyennes.

4° De six courrèges, dite nature et lieu du Queyron, confrontant du levant à la veuve Nouzays : du couchant au Sieur Labeyrie : du nord, les deux courrèges  couchant à un ronteau de service et les quatre autres aux héritiers Robert : et du midi à un passage public.

5° D'une autre pièce de terre en vigne située au même lieu du Queyron, composé de douze courrèges : tenant du levant à Labeyrie ; du couchant à Fradet : du nord et du midi à un passage commun pour les aboutissants.

TROISIEME LOT :

Il est attribué à Marie Vignolle épouse Ferry, acceptant et se compose.

1° D'une batisse devant de chai, et de cuvier situé commune de Blanquefort, à Caichac : tenant du levant à Fourton, mur mitoyen : du couchant à maison de Bret, mur mitoyen : du nord à un passage commun pour les aboutissants et du midi à une place commune.

2° D'un jardin, au même lieu : confrontant du levant aujourd'hui de Fourton : du couchant aujourd'hui de Courty : du nord  au ruisseau courant et du midi à un passage commun pour les aboutissants.

3° D'un petit terrain en chènevière au même lieu, confrontant au levant au jardin de Broustic du couchant au jardin de Fourton, rouilles mitoyennes : du nord à un chemin public et du midi à un fossé courant.

4° D'une pièce de terre en vigne , lieu de Perric même commune de Blanquefort, confrontant  du levant à Pierre Tartas : du couchant à Nouzays : du nord à un chemin public et du midi à Antoine Ferry, rouilles mitoyennes.

5° De la moitié d'une pièce de terre en nature de prairie située sur la petite palu de Blanquefort, à prendre vers levant : confrontant du dit côté à Antoine Fourton : du couchant à la partie du quatrième lot du nord au fossé du petit Pontac et du midi au chemin du Roi.

QUATRIEME LOT :

Il est attribué à la dame Catherine Vignolle épouse Lattié, acceptant et se compose :

1° D'une pièce de terre, en un seul tenant, dite commune de Blanquefort lieu de Lacanau : comprenant  du levant à M. Matha du couchant aux héritiers Guillebaut  : du nord au premier lot et du midi au chemin public.

2° D'une petite pièce de terre en prairie située sur la petite palu de Blanquefort : confrontant du levant à autres prairies, bornes en pierre entre deux: du couchant au chemin du Roi : du nord au Sieur Berthoumieu et du midi au Sieur Sibassié, bornes mitoyennes.

3° De la moitié à prendre vers couchant, de la plus grande pièce de terre aussi en prairie, située sur la même palu de Blanquefort : confrontant du levant au troisième lot : du couchant à Berthoumieu : au nord au fossé du petit Pontac et du midi au chemin du Roi.(...)

Desquels lots égaux les co-donataires se sont contentés et fourni les garanties de droit , renonçant à se faire aucune demande pour quelle cause que ce toit. Ils pourront disposer des biens qui les composent, en  propriété à compter de ce jour et en jouissance le 1 er novembre mil huit cent soixante et un, sauf la réserve des jouissances pour les donateurs des bâtiments ci-après désignés :

Cette donation est faites aux charges de conditions qui suivent :

Les donateurs se reversent pendant leur vie la jouissance des bâtisses dépendant du premier lot et les récoltes de la première année.

Chacun de leur enfants, les enfants  de la Dame Catherine Vignolle, en leur qualité sus dite, payeront aux donateurs, annuellement pendant leur vie, la somme de deux cents francs, en total huit cent francs exigibles de trois en trois mois échus, en la demeure des ayants droits, à compter du premier novembre mil huit cent soixante et un. Sans que ce mode de libération puisse être retardé à peine de révocation de la présente donation entre celui ou ceux qui seraient en retard de se libérer.

Cette pension sera réduite à cinq cents francs dans le cas où la donataire décéderait la première et à la somme de quatre cents francs si c'était le donateur dans tous les cas, les réserves de jouissance sus nommées ne subiraient aucune diminution :

Pour indemnisation les propriétaires du premier lot de la réserve de jouissance dont il vient d'être parlé, les donateurs chargent les propriétaires des second, troisième et quatrième lot de payer annuellement, et pendant la dite jouissance aux propriétaires du dit premier lot, chacun quinze francs, exigibles à la fin de chaque année.

Pour assurer le service de la pension qui précède les biens sus donnés et partagés sont affectés et hypothéqués par privilège et préférences des donateurs, conformément à la loi.

Les parties déclarent que les biens donnée produiront un revenu annuel de huit cents francs au denier vingt sans distraction des charges.

Pour l'exécution de ces présentes les dits comparus élisent domicile en leur demeures sus indiquées.

                      Fait à Blanquefort, village de Caichac, en la demeure des donateurs, le huit juin mil huit cent soixante un en présence des Sieurs Charles Dasues et Antoine Lambert, vignerons demeurant et domiciliés Commune de Blanquefort à Caichac. (...)