La Pompe

La pompe était située à l'angle des rues Edmond Blanc et Mathurin Olivier, c'était aussi l'angle du jardin de la famille Gire, en face de l'Eglise. 

C'était un des lieux où les jeunes des années 50 à 60 se rencontraient les soirs d'été avec les bidons de lait. 

Il y avait notre aînée Odile Léglise, toujours très gaie et rieuse, morte noyée au Moutchic, et non, les grandes m'ont dit à Maubisson, je comprends pourquoi je n'aime pas cet étang, à quelques jours de son mariage. Les enfants de ma génération se souviendront toute leur vie du long cortège qui l'a accompagnée de Peybois à Blanquefort le jour de son enterrement. Ainsi que de sa mère qui, tant qu'elle l'a pu, par n'importe quel temps, à bicyclette, faisait ce même parcours pour aller fleurir sa tombe. D'après la légende, elle aurait été mise en bière dans sa robe de mariée. Mes parents me racontaient qu'Odile m'avait promenée, bébé, dans ma poussette.

Nous formions une bonne équipe, Françoise et Carole Gire, Madeleine Masllorens, Marie Claude Bardet, Jean Louis Abbadie et Elliane Billard. Nous nous amusions ensemble dans la journée et le soir nous nous retrouvions à la pompe.

Nous discutions de choses et d'autres, par tranche d'âge, le temps passait, nous respirions l'odeur des tilleuls puis, nous allions chercher le lait.

----------------

Lors de la campagne pour les élections municipales de 1971 ? André Sourbé (PC) se servira de la pompe comme "tribune"  pour haranguer les cachacais qui pouvaient être intéressés par son programme. Il se présentait contre le maire sortant M. Duvert et se sera Jean-Pierre Delhomme (UDF) l'emportera.