Prêts en 1912

 

Acte de Mariage Perin-Hosteins 27 avril 1912

Pierre Perrin, ancien propriétaire du Grand Clapeau, est décédé en 1907 et il a laissé pour seul héritier son petit fils, Gabriel Perrin.

Nous, ses petits enfants, nous avons connu notre Grand père, retraité en 1950, pauvre avec panache, ou plutôt canne et canotier. Il vivait d'une très petite retraite de Marie-Brizard & Roger. Pour nous c'était ainsi. Notre Grand mère, Mathilde était encore en activité, comme surveillante dans cette même entreprise. Elle le sera jusqu'en 1958 (au bout de 30 ans de présence), et rapportait son salaire.

Certaines personnes de Caychac, plus tard, nous ont dit que notre Grand père âgé de 21 ans à la mort de son Grand père avait dilapidé son argent en faisant la fête à Paris. A ces personnes, il aurait nous ont elles dit, montré un coffre fort rempli d'or ! Le pauvre naïf ! Quelle faute impardonnable ! Nous n'en savions rien. Puis j'ai eu en main l'acte de mariage du 27 avril 1912, entre Monsieur Perrin et Mademoiselle Hosteins, passé à l'étude de Me Louis Dugravier, notaire à Blanquefort, et j'ai un autre aperçu des faits.

"....article III

- Monsieur Gabriel Hippolyte Perrin futur époux apporte en mariage et se constitue personnellement en dot :

  1 - La somme de 4 000 francs en numéraire  

   2 -Divers titres ou valeurs de bourse dont il n'est pas fait ici le détail à la demande des parties et qui représente un capital de 20 000 francs.

   3 - Deux créances chirographaires, l'une de 6 925 francs contre les consorts Lavignac de Bordeaux et l'autre, de 656 francs contre une personne dont le futur époux se réserve d'indiquer le nom ultérieurement soit ensemble : 7 581 francs

  4 - Les créances hypothécaires pour prêts, ci-après, énumérés, savoir :

          Créance de 1 200 francs, sur les époux Maugey, Duprat, résultant d'un contrat passé devant le notaire le 9 octobre 1907 productive d'intérêts au taux de 4 % l'an.

         Créance de 1 600 francs, sur les époux Durand Cazenave, résultant d'un contrat passé devant le notaire, les 19 et 20 octobre 1907 productive d'intérêts au taux de 5 % l'an.

         Créance de 6 000 francs, sur les époux Elies-Ardou, résultant d'un contrat passé devant le notaire, le 27 février 1908 productive d'intérêts au taux de 4,5 % l'an. 

        Créance de 3 500 francs, sur les époux Carme-Ornon, résultant d'un contrat passé devant le notaire, le 29 février 1908 productive d'intérêts au taux de 5 % l'an.

       Deux créances contre les époux Duvert-Ballet :

      L'une de  4 500 francs, résultant d'un contrat passé devant le notaire, le 18 avril 1908 et d'un autre contrat du 30 avril suivant, ces deux créances sont productives d'intérêts au taux de 4,5 % l'an.

     L'autre de 3 000 francs, résultant d'un contrat passé devant le notaire, le 28 avril 1910.

      Créance de 3 000 francs, sur les époux Barre-Gondalina, résultant d'un contrat passé devant le notaire, le 25 juin 1909 productive d'intérêt au taux de 5 % l'an.

     Créance de 5 000 francs sur les héritiers d'Antoine Faure et la Dame Anne Laville veuve Faure résultant d'un contrat passé devant le notaire le 17 mai 1910 productive d'intérêts au taux de 5 % l'an.

     Créance de 3 000 francs, sur les époux Mallet-Marran, résultant d'un contrat passé devant le notaire, le 3 février 1911, productive d'intérêts au taux de 5 % l'an.

    Créance de 1 200 francs, sur les époux Castanet-Bobineau, résultant d'un contrat passé devant le notaire, le 8 février 1911, productive d'intérêts au taux de 5 % l'an.

   Créance de 2 000 francs, contre le sieur Antoine Auguste Feydieu, résultant d'un contrat passé devant le notaire, le 13 juin 1911, productive d'intérêts au taux de  5 % l'an.

  Créance de 800 francs sur les époux Mérilleau Michel résultant d'une cession  dressée par le notaire les 20 et 24 juillet 1911 et produisant des intérêts au taux de 5 % l'an.

  Créance de 1 700 francs sur les époux Diet Désanges résultant d'un contrat passé devant le notaire le 13 octobre 1911 et produisant des intérêts au taux de 5 % l'an. 

 Créance de 1 000 francs sur la veuve Ornon née Monnier et le sieur Jean Ornon son fils résultant d'une cession dressée par le notaire le 25 octobre 1911 et produisant d'intérêts au taux de 5 % l'an.

  Créance de 1 500 francs  sur les époux Richard Criq résultant d'un contrat passé devant le notaire le 18 mars 1912 et produisant des intérêts au taux de 5 % l'an..." 

Sur un cahier Chantecler du Grand Bazar de Bordeaux

1 000  Chauvin Clément fils, Blanquefort Linas.

   500  Blanc Joseph et Zélie Blanc, Propriétaires à Caychac Blanquefort, valeur payée fin juillet 1911, intérêts à 4 % payable en juillet de chaque année.

5 000  Faure à Ludon, intérêts à 5 % par semestre et d'avance les 17 mai et 17 novembre. Exigibles le 17 mai 1915 - Inscription à renouveler en mai 1920.

3 000 Malet Octave, Hastignan Saint-Médard en Jalles. Intérêts 5 % l'an par semestre et d'avance les 3 février et 3 août, exigibles le 3 février 1921.

1 200 Castanet Parempuyre  au taux de 5 % l'an  par semestre d'avance 8 février et 8 août à renouveler en février 1921.

2 000 Feydieu Gustave, à la Rivière (Blanquefort) intérêts à 5 % l'an  par semestre et d'avance les 18 juin et décembre. Inscription à renouveler avant le mois de juin 1921.

   800 Mérillau Gustave, cultivateur, à Peybois intérêts à 5 % l'an par semestre et d'avance le 14 janvier et 14 juillet. Inscription à renouveler avant avril 1922.

1 700 Diet à Bordeaux propriétaire à Macau, intérêts à 5 % l'an par semestre et d'avance les 18 octobre et 13 avril. Inscription à renouveler avant octobre 1921.

1 000 Vve Ornon à Blanquefort, intérêts à 4 % l'an par semestre et d'avance les 8 janvier et 8 juillet. Inscription à renouveler avant août 1917.

1 500 Richard (Cricq ?), intérêts à 5 % d'avance les 18 mars et 18 septembre. Inscription à renouveler avant mars 1922.

5 000 Doumeret, Boucher à Ludon, intérêts à 4,5 %  par semestre et d'avance  les 25 avril et 25 octobre inscription à renouveler avant octobre 1922.

1 000 Savignac à Eysines, exigible le 14 avril 1922 intérêts à 5 % d'avance les 14 mai  et 14 novembre, inscription à renouveler en avril 1923.

1 000 Bon de la Défense Nationale 27 juin 1918.

  500  Bon de la Défense Nationale 10 janvier 1918.

1 000 Bon de la Défense Nationale 10 janvier 1918.