PIERRE PERRIN - LE BATISSEUR

PIERRE PERRIN PROPRIETAIRE DU GRAND CLAPEAU DE 1895 à 1905.

Notre Grand-Père nous parlait de son Grand-Père qui selon lui avait été propriétaire du Grand Clapeau, mais nous n'en savions rien de plus et  par un raccourci, nous pensions que c'était notre Grand Père qui en avait été le propriétaire, mais nous n'en avions aucunes preuves. Nous le considérions comme une légende familiale...

J'ai 4 ans, je suis avec mon grand-père, Gabriel Perrin, au 16 rue de l'Abbé Raby à Cachac, devant la table noire dernier vestige de sa vie au Grand Clapeau. Sur la table des photos sont éparpillées : "tu vois, c'est la grand-mère de ta grand-mère". Je regarde ces visages que je ne connais pas, ces personnes ont existé ? comme j'existe ? Je ressens la tristesse de mon grand-père qui voudrait en me racontant faire revivre un instant sa famille aimée et disparue. Il avait 66 ans, subi deux infarctus et il ne lui restait plus que sept ans à vivre.

A 57 ans, j'ai épouvé le besoin en me penchant sur l'histoire de Caychac d'avoir quelques renseignements sur cet aïeul ayant soit-disant, vécu au château du Grand Clapeau dont je ne savais rien, même pas le prénom. Une relation m'a dit : "les choses arrivent, quand elles doivent arriver...". Effectivement, c'était le moment, les coffres des archives qui contenaient une infime partie de la vie de Pierre Perrin, entrepreneur de travaux publics se sont ouvertes, et m'ont faite voyager à travers la France.

Pierre Perrin était né en 1837 au coeur de la Venise Verte (Deux-Sèvres), il est décédé le 23 janvier 1907. 

Fils de François Perrin et de Françoise Durandeau, dont le frère maréchal-ferrant était présent à toutes les étapes de sa vie.

Son épouse Julie (y) Bennassy était née en 1835 en Charente Inférieure, elle est décédée le 15 octobre 1906.

 Fille de Jean Bennassy et de Marguerite, Rosalie Geay.

Ont comparu, Monsieur François en famille Maxime Jeandreau, boulanger, demeurant à Caichac, commune de Blanquefort et Monsieur Joseph Hugon, boulanger, demeurant au village de Peybois, commune de Blanquefort. [...]et qu'ils ont laissé tous deux pour seul et unique héritier, Monsieur Hippolyte, Adolphe, Gabriel, Perrin, sans profession demeurant à Caichac, commune de Blanquefort, leur petit fils, issu du mariage de Monsieur Désiré Perrin leur fils prédécédé, avec Madame Anna Sabatier aujourd'hui épouse de sieur Léon Chauvin.

Durant sa vie, il était donc, né dans les Deux-Sèvres, avait vécu jeune marié et jeune père en Dordogne, puis j'ai retrouvé quelques traces de lui :

DANS L'ORNE

Nonant (Orne) Je soussigné déclare que le nommé PERRIN a été employé pour notre compte sur notre entreprise de la ligne de SAINT CYR à SURDON notamment sur la tranchée des AUTHIEUX, comme chef terrassier depuis le 1er février 1865 jusqu'au 31 décembre suivant. Il s'est toujours bien conduit et nous quitte de sa propre volonté sans que nous ayons de reproches à lui faire.

Nonant, le 8 janvier 1866 , signé par procuration De Genérie et Gueniot

Vu par le Maire des Anthieux, le 16 janvier 1866 signé du nom du maire.

Vu par le Chef de Section le 13 janvier 1866.

------------------------------------------

EN MAYENNE

L'Ingénieur en Chef soussigné. Certifie que le Sieur PERRIN (Pierre) entrepreneur de travaux publics a exécuté dans son service comme associé au Sieur DEROT ? le cinquième lot de la ligne de POUANCE à LAVAL (terrassement, et ouvrage d'art) s'élevant à treize cent mille francs environ, et que ces travaux ont été bien exécutés.

Le MANS  LE 23 MAI 1888  signé : P. ETIENNE

N° 6758 Vue pour      du 7 juin 1888  le 7 lot de la ligne de LIMOGES PAR UZERCHE, Limoges le 25 mai 1888. L'ingénieur en chef : signature illisible.

BULLETIN DES LOIS DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE N° 553.

N° g684. - Lot qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un Chemin de fer de Pouancé à la ligne de Paris à Brest, près Laval.

Du 27 juillet 1880. (Promulguée au journal officiel du 28 juillet 1880).

Le Sénat et la Chambre des Députés ont adopté,

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit /

Art. 1er, Est déclaré d'utilité publique, à titre d'intérêt général, l'établissement d'un chemin de fer de Pouancé à la ligne de Paris à Brest, près Laval, par la station de Craon, sur le chemin de fer de Chemazé à Craon, et par ou près Cossé-le-Vivien.

2. Le ministre des travaux publics est autorisé à entreprendre les travaux d'infrastructure de ladite ligne, ainsi que les travaux de superstructure, l'achat du matériel roulant execpté.

3. Il est pris acte de l'offre faite par le conseil général de la Mayenne, dans sa délibération du 6 avril 1880, de payer à l'Etat, pour la construction du chemin de fer désigné à l'article 1er une subvention de vingt mille francs par kilomètre de voie à construire sur le territoire du département.

4. Il sera pourvu à la dépense des travaux autorisés par la présente loi au moyen des ressources extraordinaires inscrites au budget de chaque exercice, et notamment, pour l'exercice 1880, sur le chapitre XI du budget du ministère des travaux publics, troisième section (Etudes et travaux de chemins de fer exécutés par l'Etat).

Viendra en déduction de ladite dépense le montant des subventions, soit en terrains, soit en argent, qui ont été ou qui seraient offertes par le département, les communes et les propriétaires intéressés.

5. Il sera statué par une loi spéciale sur les clauses qui seraient ultérieurement stipulées pour la concession ou l'exploitation, s'il y a lieu, de ladite ligne.

6. Un compte spécial de la dépense des travaux faisant l'objet de la présente loi, et des ressources qui y auront été attribuées, sera annexé à la loi portant règlement à chaque exercice.

La présent loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des députés, sera exécutée comme loi de l'Etat.

Fait à Paris, le 27 juillet 1880.

Le Ministre des travaux publics,                         Signé JULES GREVY.

 Signé H. VARROY.

 

----------------------------------------

DANS LES LANDES

SAINT SEVER

Canton de Saint Sever commune de Saint Sever - Elections Municipales - Election de 23 membres du Conseil munical Le dimanche 6 mai 1888 (de 7 heures du matin à 6 heures du soir) CARTE D'ELECTEUR - Monsieur PERRIN Pierre Electeur à Saint Sever âgé de 50 ans N° 1225 de la liste le Maire Duberloy ?

------------------------------------

DEPARTEMENT DU RHONE - Certificat de solvabilité -

Mairie de LYON - 3e arrondissment municipal - Nous, adjoint, au Maire de Lyon, délégué du 3e arrondissement. D'après les renseignements que nous avons par devers Nous, Certifions que Monsieur PERRIN Pierre, âgé de 52 ans, profession de ENTREPRENEUR DE TRAVAUX PUBLICS, demeurant en cette ville, Quai Claude Bernard 33 habite notre arrondissement depuis deux ans, qu'il est français, de bonne vie et moeurs, patenté, solvable, honorable et apte. En foi de quoi nous avons délivré le présent pour être admis à prendre part aux adjudications des travaux concernant sa profession. Fait en Mairie, à Lyon le 17 mars 1890.

---------------------------

TRIBUNAL DE COMMERCE DE LYON (Rhône) - Certificat de non faillite -

--------------------------

Sur wikipédia - La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant le classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général retient en N°62  une ligne de "Pouancé (Maine-et-Loire) à un point à déterminer sur la ligne de Paris à Rennes, entre Laval et le Genest, par ou près Craon" La ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le 27 juillet 1880. La ligne est concèdée à titre définitif par l'Etat à la compagnie de chemin de fer de l'Ouest par une convention signée entre le ministre de Travaux Publics et la compagnie le 17 juillet 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant.

LA LOI FREYCINET - Le projet est inscrit dans la loi de Finances, et en janvier 1878, Freycinet proche de Gambetta, organise entre celui-ci et Léon Say, ministre des Finances une réunion afin de préparer le terrain politique. Une première loi est votée le 18 mai 1878, créant un réseau d'Etat à travers le rachat de plusieurs compagnies.

Le 8 juin, un rapport est rendu public. L'objectif majeur du plan Freycinet est de donner accès au chemin de fer à tous les Français, de façon à favoriser le développement économique du pays et à désencalver les régions reluées. Il est officialisé par la loi du 17 juillet 1879.

Le plan prévoit la construction de 8 700 km de lignes d'intérêt local. Leur construction est assurée :

- soit par les grandes compagnies privées, le coût étant le plus souvent pris en charge par l'Etat :

- soit par l'Etat lui-même : Freycinet est ainsi à l'origine de la compagnie de l'Etat (loi du 18 mai 1878).

Selon Freycinet toutes les sous-préfectures doivent être reliées au réseau des chemins de fer, ainsi qu'un maximum de chefs-lieux de canton.

En 1879, Freycinet devient président du conseil. Il choisit alors Henri Varroy pour lui succéder aux travaux publics et mettre en oeuvre son plan. Ce dernier s'entoure de l'ingénieur Albert Picard, qu'il nomme directeur des chemins de fer en 1882.

La réalisation du plan Freycinet dura jusqu'en 1914, et il fut pratiquement entièrement réalisé. Cependant, de nombreux chefs-lieus de canton ne furent finalement desservis que par de petits tortillards à voie métrique, d'une qualité médiocre.