AU FIL DES JOURS SUITE N°8

 

30.09.2018 - Peut-être va-t-on parler du héros de notre enfance : "Lucky Luke" qui était peut-être solitaire mais dont tout le monde aimait le personnage et les aventures. Pourquoi Lucky Luke ? c'est le surnom que des socialistes bordelais donnent à notre ancien maire de Blanquefort qui veut succèder au maire actuel de Bordeaux...

03.10.2017 - "Le tout dernier été" écrivain Anne Bert édition Fayard dans les librairies, ce-jour. Victime de la maladie de Charcot avant d'atteindre la phase terminale, Anne est partie en Belgique le 1er octobre, je crois, où il est possible d'être aidée à mourir lorsque malade, famille et médecins sont en accord.

"La dernière leçon" auteur Noêlle Châtelet éditeur Seuil dont un film a été tiré. Cet ouvrage d'amour filial traite aussi de ce sujet. Dans ce cas c'est la fille, soeur de Lionel Jospin, qui soutient sa mère pendant son acte final.

Réunion publique animée ce soir par Mme Le Maire en salle du conseil municipal à 19h sur le thème : "HABITER BLANQUEFORT AUJOURD'HUI ET DEMAIN'. Ce sera une réflexion sur l'évolution locale de l'habitat suivie de deux autre réunions ouvertes à tous.

Le mardi 10 octobre à 19h à l'école élémentaire de Saturne.

Le jeudi 19 octobre à 19h à l'école élémentaire  de Caychac.

04.10.2017 - La petite augmentation des petites retraites sera engloutie par l'augmentation des taxes sur le gaz oil, et de loin, pour les vilains petits retraités qui circuleront dans leurs petites voitures. Amusant à Blanquefort nous avons un magasin Auchan j'ai acheté une boîte d'aliment pour animaux dont le prix est supérieur 0,10€ à la même à Auchan le Lac Bordeaux.

JOURNEE MONDIALE DES ANIMAUX

05.10.2017 - Un grand plaisir d'écouter sur France Inter Jean-Marie Gustave LE CLEZIO présenter son nouveau livre ALMA éditeur Gallimard. Le sujet en est l'île Maurice dont certains de ses habitants en sont partis pour venir habiter Caychac. La trace et le nom des esclaves oublies de cette île a été la recherche de l'auteur qui comme Régis Debray pense qu'il manque à la société actuelle la mémoire de son passé, volontairement ou non. Ce qu'il semble me souvenir c'est que dans les années 1984 Jean-Marie Gustave LE CLEZIO était au programme des CM2 de l'école primaire Saturne était-il venu à la bibliothèque ? ce que je sais, c'est que l'illustratrice de ses livres pour enfants était présente au salon du livre qui a eu lieu à Blanquefort (33290) vers cette époque et que ma fille Lise (graine de professeur de lettres modernes, palmes académiques) y avait pris beaucoup de plaisir.

08.10.2017 - Mme Michut se rappelle soudain  du titre d'un livre de Guy Des Cars "Le Château de la Juive"  mais elle ne se souvient plus de quoi il était question, il faut qu'elle révise. Dans les années 1960 - 70 c'était un auteur que l'on lisait beaucoup. Donc, Mme Michut ce matin en écoutant France Inter s'est dit qu'elle était terriblement inculte en ce qui concerne l'éducation juive et cela peut être utile dans les relations entre citoyens. "Le juifs traditionnels attendent souvent que leurs garçons aient trois ans pour leur faire la première coupe de cheveux. Ceci est appelé "Upsherin", mot yiddish signifiant "coupe". Cette coutume est mentionnée pour la première fois dans le livre "Cha'ar Hakavanot" de rabbi "Haïm Vital, le disciple du grand Kabbaliste du XVIème siècle, le Arizal"

09.10.2017 - Mme Michut s'est posée la question du port du chapeau et a trouvé une réponse simple sur internet. "L'important c'est d'avoir la tête couverte en fait, casquette, châpeau, kippa, tout est bon. Mais bon, sous le châpeau ou la casquette il y a souvent une kippa. Après le choix de la kippa (couleur-forme-matière) n'est pas forcement neutre et peut exprimer une appartenance à telle ou telle communauté, une position "politique" ou correspondre à tel ou tel événement (une kippa blanche pour les mariage) mais en fait c'est une habitude pas une prescription, l'important c'est d'avoir la tête couverte. C'est une des rares mitzvah que l'on ne trouve pas dans la Torah d'ailleurs, mais ça fait partie des obligations de la Loi juive (la Halakha). C'est considéré comme une marque de respect vis-à-vis du Créateur, mais on en est dispenssé bien-sûr sous la douche ou dans son lit.

Le statut de l'animal dans la tradition juive article de David Banon pour la Revue de philosophie et de sciences humaines. Extrait : "Noé gémissait en crachant du sang de la peine que lui imposait les soins à donner aux bêtes dommestiques et sauvages. Un jour qu'il avait tardé à apporter sa pâture au lion, celui-ci l'a griffé avec sa patte" En prenant en charge des créatures qui ne savent même pas en formuler explicitement la demande, en les soignant, en anticipant leurs besoins et surtout en les nourrissant, Noé a découvert le sens de la responsabilité, du pour l'autre. Selon le Midrach, il a très peu dormi au cours de l'année qu'il a passé dans l'arche avec les animaux. Il y avait en effet des animaux qui mangeaient à la première heure du jour, d'autre à la seconde, d'autres encore à la troisième ; certains au premier tiers de la nuit, au milieu ou à la fin de la nuit. Et il servait à chacun sa pâture habituelle. Noé a donc pris conscience, grâce aux soins prodigués aux animaux dans l'arche, que le sens ultime de l'humain réside dans sa responsabilité.  (à suivre)

Vu le nombre de fautes Mme Michut s'aperçoit qu'elle à le cerveau qui fait roue libre, l'âge ma bonne dame ! Quand elle était plus jeune elle a lu des livres d"auteurs juifs habitant en France ( exemple : Un secret auteur Philippe Grimbert) et elle a compris ce sentiment d'insécurité qui les habitait depuis toujours et l'angoisse d'un retour aux évènements que leur peuple a vécu en 39-45. Mme Michut qui a fait quelques recherches dans le passé des familles françaises s'est rendue compte qu'au moment des guerres de religions (catholiques-protestants) les protestants pour ne pas donner un prénom catholique à leurs enfants leur donnaient des prénoms que l'on peut qualifier de juifs, et l'on retrouve beaucoup de Rachel, Judith et autres...

10.10.2017 - "HABITER A BLANQUEFORT AUJOURD'HUI ET DEMAIN" réunion du 03 octobre 2017 en salle du Conseil municipal (50 personnes présentent dont une majorité d'élus).

Evolution de la population : 2012 :15 314 habitants - 2017: 16 2019 - Période 2009 à 2014 vieillissement de la population majorité de 40-54 ans. La catégorie des 3-11 ans est en baisse alors que celle des 11-20 ans progresse. Ce qui fait que ce sont  les jeunes couples qui ont moins de 40 ans que la municipalité souhaite voir s'installer dans la commune pour remplir les écoles. Mme Le Maire indique qu'en 2015-2016 il y avait moins de 1500 élèves en primaire et maternelle et que la possibilité d'une fermeture administrative d'une école de Caychac était à envisager, heureusement tout est reparti à la hausse cette année."

Nouveaux logements : De nouveaux logements sont nécessaires pour faire évoluer la démographie de la commune et surtout son rajeunissement. Mme Le Maire prévoie environ 18 000 habitants à l'horizon 2030 alors que la métropole en comptera un million. Elle table sur 200 nouvelles constructions par an, tout confondu.

Place de stationnement : Des programmes immobiliers ont été présentés au public à proximité de la ligne de tramway ou dans la zone à urbaniser du centre. Des discussions sont organisées entre les représentants de la municipalité, les propriétaires privés qui souhaiteraient vendre et les promoteurs. Les négociations portent sur le nombre de logements, les hauteurs des bâtiments, les places de stationnement (1,5 par appartement en moyenne) , le nombre de  logements conventionnés qui peut atteindre 30%.

Les projets : L'îlot de la Poste devrait être doté dans les années à venir d'un nouvel équipement public (et non pas  de logements comme annoncé un temps). Ce programme pourrait être un pôle petite enfance (crêche, halte garderie). L'îlot Seguin ? la commune envisage d'installer une nouvelle résidence autonomie (ex-RPA), en remplacement de Corbeil trop vétuste. Les locaux laissé libre du Maurian accueilleront les élèves du Bourg en 2018 et ceux de Caychac pourraient suivre le temps de travaux dans leurs étabissements scolaires.

Ce soir réunion à l'école élémentaire de Saturne à 19h - (Un Bois des Jardins Avenue de l'Europe) 

12.10.2017 - Je me souviens vers 1971 avoir assisté à une pièce de théâtre à l'Alhambra rue d'Alzon à Bordeaux :  "Un jour dans la mort de Joe Egg" de Peter Nichols dont l'acteur était Jean Rochefort. Une de mes voisines de Caychac travaillait à la Sécurité Sociale et avait des réductions sur les spectacles par le comité d'établissement, ce qui fait que pendant une année nous avons pris sa deux chevaux, le soir, pour aller à l'Alhambra. Le jeu de Jean Rochefort m'avait émue et je savais que j'avais un grand acteur devant moi : il était réellement le père de l'enfant handicapé. En réfléchisssant je me demande si durant toute sa carrière il n'a pas repris des jeux de scène contenus dans cette pièce où se mêlairent l'humour grinçant, à la dérision, au rire, au drame affleurant, aux questions sur la vie, la mort, à la douleur de vivre malgré, etc...

Il y a quelques temps nous avons vu la création d'un nouveau rond point avenue du 11 novembre 1918 au droit de la rue de Tujean et nous nous sommes posés la question, pourquoi ? à quoi va-t-il servir ? La presse de mardi à répondu à nos questions  UN NOUVEAU SUPERMARCHE A BLANQUEFORT A L'ENSEIGNE LIDL d'une superficie de vente de 1 600m² il sera situé le long de l'Avenue du 11 novembre, la commission départementale d'aménagement commercial vient de donner un avis favorable. (En remplacement de l'ancien Lidl)

15.10.2017 - #BALANCETONPORC : je le fais ? je ne le fais pas ? en général les porcs sont connus de tous et de toutes et un silence de mort les a ou  protégé ou les protège. Mais depuis quelques heures un vent de folie demande à toutes les femmes de raconter et d'expliquer quelle fonction occupait le porc. Est-ce utile ?

17.10.2017 - "CE QUE LES RICHES PENSENT DES PAUVRES" auteurs : Serge Paugam - Bruno Cousin - Camila Giorgetti - Jules Naudet - Editeur Seuil.

Les pauvres suscitent-ils aujourd'hui, chez les riches, une répulsion similaire à celle que le peuple inspirait aux bourgeois du XIXe siècle ? Autrement dit, les démunis sont-ils encore considérés comme une classe dangereuse, immorale et répugnante ?

En interrogeant le rufs de la mixité rédidentielle manifesté par les catégories supérieures, telle est la question frontale que pose cet ouvrage, issu d'une grande enquête comparative sur les perceptions de la pauvreté et des inégalités dans les beaux quartiers de trois métropoles : Paris, Sâo Paulo et Delhi. A partir d'entretiens approfondis, il montre que la quête d'entre-soi des habitants des ghettos dorés n'est pas seulement motivée par une recherche de prestige et de qualité de vie, mais également par des représentations de pauvres qui les incitent à s'en protéger. Comment parviennent-ils à justifier leur stratégies d'évitement et de relégation des catégories défavorisées, ainsi qu'à légitimer l'ordre local qu'ils s'efforcent de perpétuer ? Au-delà de la peur de lla criminalité et de l'insalubrité apparaît la crainte des élites d'être en quelque sorte contaminées par des modes de vie jugés culturellement indésirables ou moralement nuisibles. A travers les mécanismes du séparatisme social, ce sont les conditions de possibilité de la la solidarité que cet essai explore.

Au niveau d'un groupement d'habitations conçues pour la classe ouvrière d'une petite ville de province l'ambiance du lieu change lorsque des personnes plus aisées et plus cultivées viennent y habiter. Ces propriétaires plus aisés ont les moyens financiers et les relations qui leur permettent d'agrandir au maximun leur habitation sans consulter, les ouvriers, leurs voisins. Peu importe s'ils en sont gênés. Alors que l'on entend des commentaires des habitants sur les difficultés à obtenir des autorisations de modifications de leur habitation, là no problèm, on érige un étage sur un nouveau bâtiment rajouté au corps d'orgine de la maison, on modifie la façade etc...  Il faut procéder par petites touches et étaler les travaux sur plusieurs années et mendatures. La preuve en est que pour certains agrandir, modifier sa maison n'est pas un problème avec du temps, un voisin, ouvrier très manuel, coopératif heureux et flatté de les servir, des relations, de l'argent... et bouche cousue et yeux fermés, la maison témoin est visible... Imposante mais sans garage utilisable comme tel...

A Malte la voiture dans laquelle était la journaliste qui avait dénoncé la corruption dans son pays a sauté et le corps a été pulvérisé.

Conseil de Quartier de Caychac ce soir à 19h.

19.10.2017 - "LA TRAQUE DES LANCEURS D'ALERTE" auteur Stéphanie Gibaud - éditeur Max Milo - "A partir du moment où vous dites la vérité on vous exécute"

Ce soir, soirée d'information à l'école élémentaire de Caychac à 19h : évolution de la population, questions d'aménagement du territoire, urbanisme, logement.. en présence de Mme Le Maire et des élus. Réunion ouverte à tous entrée libre.

20.10.2017 - J'ai assité à cette réunion en présence de Mme Le Maire, Monique Médeville et Patrick Blanc, la salle était pleine d'habitants venus s'informer. Les habitations du Queyron ne seront livrées que vers 2020-21 où l'habitat conventionné dépassera les 30% - L'habitat insalubre de la rue des Gravières va être complétement résorbé par la construction de maisons à la location par les gens du voyage sédentarisés. Il me semble avoir compris que la partie de l'Avenue du Général de Gaulle comprise entre le bureau de tabac de Caychac et le coiffeur marchand de légumes à l'angle de la rue de Bel-Air allait être aménagée d'ici la fin de la mendature. C'était une réunion intéressante et instructive que je ne peux pas résumer rapprochez-vous de vos élus. (Il est possible qu'un boucher viennent s'installer à la place de l'ancienne boulangerie, mais chut...C'est peut-être juste un bruit qui court). Ce qui m'a tapé dans l'oreille et que j'avais déjà entendu au Conseil de Quartier dans la bouche de Pierre Laborde, c'est qu'aucune banque n'a voulu installer un distributeur de billets à Caychac, même la Banque Postale !!!! pourtant nous avons un bureau de poste annexe à la Maison des Services Publics (près de l'église).

A la fin de la réunion nous nous sommes aperçu que l'assemblée était très intéressée par les voies de circulation et la densité de celle-ci. Le passage des camions comme partout est considéré comme indésirable (le matin j'étais allée à 9h30 à Mérignac et je ne vous dis pas la quantité de camions sur la rocade, l'enfer !). Mme Le Maire à 21h a indiqué que ce sujet serait abordé lors de prochaines réunions publiques.

Pour Mme Michut un problème paraît évident ; pour beaucoup de ces anciens villages devenus villes de la Métropole bordelaise, le passage des camions trop nombeux semble importuner la population qui n'a pas encore réalisé les nuisances qu'engendraient leur changement de statut. Tout le monde est satisfait d'avoir des grandes ou moyennes surfaces près de chez lui, des commerces divers, des entreprises mais ces établissements ont besoin d'être livrées, pour le moment par des camions, et plus elles sont nombreuses plus il y de camions et certaines routes ne se prêtent pas à leurs passages. Les pouvoirs plublics n'ont pas anticipé cette modification de la circulation qui devient dense, dangereuse, inconfortable pour les riverains, les utilisateurs et nous arrivons à des routes engorgées à certains moments de la journée ce qui n'ira pas en s'arrangeant avec l'augmentation de la population et des habitats. Il en résulte que revient sur le devant le la scène les vieux projets abandonnés de voies de contournement des villes par les camions (mais le papillon, le crapaud..). Mme Michet dit ça, mais elle ne dit rien, elle michute devant son ordinateur en se disant qu'elle aimerait bien être une espèce protégée de temps en temps.

21.10.2017 - C'est le journal qui m'apprend le décès de ma voisine depuis presque 40 ans, les autres habitants du groupement d'habitation n'ayant pas pris le soin de nous annoncer cette triste nouvelle. Mme Sylvette GIRAUD - de la part de Nathalie, Laure et Nicolas ses enfants : Damien, Léa, Pauline et Romane ses petits enfants. Ses obsèques auront lieu le mardi 24 octobre 2017 à 10h15 au crématorium de Montussan. Nathalie qui a le même âge que Lise, ma fille évaporée, venait la chercher chez moi le matin pour partir ensemble à bicyclette au Collège Dupaty de Blanquefort. C'est si loin, mais pour moi c'est hier.

24.10.2017 - Une petite histoire de facteur  par Mme Michut : Il y a quelques temps le facteur passait à mobylette et l'on tendait l'oreille pour savoir où il en était de sa tournée, nous nous mettions devant la porte pour recevoir le courrier, échanger quelques mots avec lui. Maintenant ce repère qui rytmait la vie quotidienne à disparu, peut-être que l'entretien des mobylettes coûtait trop cher à la banque postale, le facteur fait sa tournée à vélo donc à part une rencontre fortuite avec lui aucun bruit n'indique son arrivée dans la rue et la convivialité qui accompagnait son passage a disparu. Il a quelques jours Mme Michut était devant sa porte quand SON facteur est passé et envahie par les annonces publicitaires qui répètent aux enfants que leurs parents sont heureux d'être seuls dans leurs maisons, en compagnie de leurs petites habitudes et que le SMS du facteur leur disant qu'ils vont bien pour 19€ par mois ? remplacera leurs propres SMS ou coups de fils des fois que cela leur ferait perdre du temps, vous savez les vieux parents les enfants prennent un minute pour leur dire bonjour par téléphone, mais ils questionnent, racontent et cela dure bien trop longtemps pour les jeunes pressés, de quoi..? Alors le jeune trouve toujours une excuse pour abréger la conversation, c'est toujours à ce moment là qu'un enfant se fait mal, se dispute avec son frère ou sa soeur, on sonne à la porte, au choix...

Mme Michut ayant ses enfants dispersés sait très bien combien ils sont pris par la vie et le manque de temps a regardé son facteur d'un autre oeil et s'est demandé si elle serait contente qu'il viennent s'asseoir dans sa salle à manger pour parler avec elle quelques instants par jour, elle le trouve sympathique le facteur, ce n'est pas la question, mais parler de quoi ? elle sèche, combien de minutes devra-t-il rester avec elle ? à quel moment de la journée ? un inconnu peut-il remplacer ses enfants...des habitudes peuvent-elle remplacer des enfants...une maison habitée depuis des années dont les murs vous rappellent les abstents peut-elle les rempacer...et puis lorsque l'on a plusieurs enfants les uns comptent sur les autres pour prendre des nouvelles des "Aînés" c'est plus gentil que des "Vieux" et l'on est encore plus seuls et la Banque Postale le sait très bien.

Toujours est-il qu'elle a demandé son prénom à son facteur : ouf ! il ne s'appelle pas Jean, mais Patrick...

"ILS VONT TOUS BIEN" film de 1990 avec Macello Mastroianni.ice du film).

17h, il me revient en mémoire une chanson de Jacques BREL de 1964 "LES FENETRES" je l'avais oublée depuis longtemps et soudain en voyant jacasser dans l'impasse, elle m'est revenue.

25.10.2017 - Des intermittents du spectacle s'affairent autour d'un gros camion de location dans l'impasse. Vont-ils tourner un documentaire, un film ? nous ne sommes pas informés de l'objet de ces vas et vient et  je ne sais pas pourquoi je pense aux "Demoiselles de Rochefort". Le manque de communication entre voisins ouvrent grandes les portes de l'imaginaire. Suis bête internet me dit "GEORGES" La Kahutabam toune un court métrage dont une action se passe aujourd'hui dans l'impasse...chez des parents.

Les locaux du berger de la Vacherie (près de grottes de Majolan) ont été cambriolés deux fois ; l'une le 25 septembre, l'autre le 20 octobre. C'est la boutique dans laquelle sont ses fromages et du vin qui est visée et dévalisée en partie. Lors du dernier cambriolage il était 21h30 et un spectacle avait lieu dans la grande salle près de la boutique et à première vue, fromages et vins seraient partis au son de l'alarme dans une brouette. Les gendarmes sont chargés de l'enquête.

27.10.2017 - Ce matin vers 11h rue Saint-Exupéry un camion de la Métropole avait l'air de faire une butte autour du transformateur électrique au pied duquel s'entassent de vieux matelas et autres détritus. A ce propos devoir porter les postes de télévisions unutilisables à la déchetterie de Saint-Médard en Jalles est regrettable. Nous avons une déchetterie à Blanquefort alors pourquoi être obligés de faire environ 30km aller-retour pour se débarrasser d'un poste de télé ?

La Banque Postale a le sens des affaires ; le mois dernier les retraites ont été virées sur les comptes le 27 septembre, ce mois-ci nous devrons attendre le 31 octobre, des personnes seront à découvert grâce à ce prolongement du mois de 4 jours et paieront des frais de découvert qu'elles n'auraient pas payés si les virements se faisaient à date fixe chaque mois. Repousser les dates de virement est un bénéfice pour la Banque Postale ou le donneur d'ordre, mais les retraités sont encore les dindons de la farce.

Pour amortir un distributeur de billets il faut en moyenne 4 000 retraits par mois, ce qui explique pourquoi il est difficile d'en avoir un dans les quartiers, il me semble que dans le cas contraire les Mairies doivent payer 10 000€ pour leur frais d'installation. (peut-être ai-je mal compris).

02.11.2017 - Il y a des fêtes organisées par les municipalités, les associations qui n'attirent pas beaucoup de jeunesse, or à Blanquefort pour Hallowen les jeunes ; enfants accompagnés de leurs parents, les adolescents, en groupe, étaient nombreux et déguisés à arpenter les rues de Blanquefort et de Caychac, à frapper aux portes en disant : "des bonbons ou un sort !". Ils avaient décidé de leur propre chef de faire de cette soirée là, une fête des  fantômes, des citrouilles, des vampires et des sorciers... qui protègent leur ville des morts-vivants qui veulent l'envahir...

03.11.2017 - Ce matin j'écoutais sur France Inter Me Dupond-Moretti dire une seule phrase concernant la mère de Mohamed Merah : "c'est une mère qui a perdu un fils". Cette phrase lui a valu d'être conspué et je me suis posé une question : à quel moment une mère a-t--elle le devoir de ne pas pleurer son enfant aux yeux de la société. Ce qui est grave est que même ses confrères n'ont pas accepté qu'il prononce cette phrase. Cependant quand Albert Cohen écrit : "Amour de ma mère, à nul autre pareil. Elle perdait tout jugement quand il s'agissait de son fils" tout le monde est émerveillé devant cette superbe phrase mais si son fils avait été un assassin immonde ? lui aurait-elle repris son amour ? A son niveau Mme Aziri mis au monde un enfant qu'elle a choyé et aimé et qui peut-être l'aimait en retour d'une certaine façon que personnellement je ne suis pas apte à appréhender. De toute façon un juge m'ayant condamnée à ne plus jamais revoir ma fille Lise, c'est-à-dire à mort, de ce fait je prends la liberté de dire ce qui à mes yeux me semble juste en tant que mère qui n'a pas "vêlé" mais mis une fille au monde, comme madame Aziri dont je comprends le conflit de loyauté. Ce conflit de loyauté entre la justice des hommes et l'amour qu'elle porte à ses petits avec ses tripes de mère. Ces mêmes tripes qui hurlent et se tordent de douleur dans le cas des victimes.

Un petit mot au juge qui m'a ôtée ma fille Lise à vie, pour des raisons fallacieuses : "Quand tu dis aux enfants de Bobigny que les juges ne sont pas méchants tu as raison mais avertis-les qu'il en existe qui sont pervers". Explique leur la petite jouissance que l'on prend à faire souffrir sans prendre de risques, en manipulant les autres cela les aidera à mieux comprendre certains adultes, mêmes des juges. Je t'ai cotoyé pendant 10 ans et je te connais...un peu. En bref, je veux revoir mon enfant je je n'ai ni vu, ni entendu depuis 9 ans, savoir oû elle est. Chaque jour son père et moi nous pensons à elle, à son absence et cela nous détruits ainsi que toutes sa famille.

Pour la petite histoire, Vincent Feltesse en 2001 voulait te prendre dans son équipe municipale, toi le professeur de philosophie à cette époque, à Blanquefort (33290)  Il faut dire que ta famille maternelle médocaine portait l'empreinte du docteur Bernard Prévot, maire (PS : 1977 à 2008) de Lesparre (33340) et conseiller général de 1982 à 2001..

Aujourd'hui 04.11.2017 ce même Vincent Feltesse présentera son livre "Et si tout c'était passé autrement" paru aux éditions Plon à 8h20 sur France Inter. Chronique secrète de l'Elysée pendant la période où il était un des 2 ou 3 conseillers de François Hollande (2014-2017) je pense. Préparez vos questions. En conclusion Vincent Feltesse garde son affection et son admiration pour François Hollande.

05.11.2017- Vendredi 03 nouvembre 2017 nous apprenions le décès de Mme Odette Tschoumy, à Parempuyre à l'âge de 101 ans. Elle était née à Parempuyre et y était venue finir sa vie. Hormis que c'était une camarade d'école de Jeanne et Claudine PERRIN ma mère et ma tante, la petite Odette MONTOYA avait été orpheline de père et élevée par ses grands-parents ce qui la distinguait des autres enfants. Dans le LIVRE D'OR de BLANQUEFORT (33290), publié le 07 mai 2005, préface Vincent Feltesse, écrit sous la direction de Jean Lafitte avec ses recherches et celles de membres du Groupe d'Archéologie et d'Histoire de Blanquefort (G.A.H.BLE) dont je fait partie, nous avions retracé la carrière de ce père d'Odette disparu en 1918. Elle avait environ 2 ans.

"MONTOYA Michel Léopold, né à Blanquefort le 12 avril 1891 de Joseph et de Catherine Dupin; Epoux de Marie Madeleine Bos. Domicilé en dernier lieu à Blanquefort. Engagé volontaire pour 3 ans le 11 octobre 1909 au 65ème Régiment d'Infanterie, soldat de 1ère classe en octobre 1910, il sert en Algérie du 15 juillet 1911 au 02 juillet 1912 : il se réengage pour 3 ans à compter du 11 octobre 1912 au 58ème Régiment d'Artillerie et passe au 3ème groupe d'Artillerie de campagne d'Afrique basé dans les environs de Casablanca puis le 19 novembre 1915, il est affecté au 118ème Régiment d'Artillerie lourde et passe au 3ème groupe d'Aviation le 31 août 1917 où il est nommé brigadier pilote dans l'escadrille 508.

Pilote de chasse de l'Armé d'Orient basé à Salamique. Il vole sur biplan français SPAD 13 dont la mitrailleuse tire à travers l'hélice 

A 27 ans, il est tué au cours d'une mission aérienne le 05 avril 1918 et inhumé à Krusevica (Monténégro)

Sa famille reçut une lettre des autorités allemandes (via la Croix Rouge) indiquant qu'il avait lutté longtemps avec courage contre 3 avions ennemis avant d'être abattu. En raison de sa bravoure, il avait été inhumé avec les honneurs militaires par les aviateurs allemands, certainement à Baniste. Inscrit au monument aux morts de Carpinet (Blanquefort) et de Parempuyre"

Sa fille Odette Montoya est décédée en ce mois de NOVEMBRE 2017 probablement pour la Toussaint ? ses obsèques religieuses seront célébrées le mardi 07 novembre 2017 à 11 heurs en l'église Saint-Pierre de Parempuyre.

Je pense qu'Odette n'a pas eu d'enfant. Quand je l'ai rencontrée vers 1996, elle avait l'allure par sa minceur et sa façon de s'habiller d'une vieille jeune fille.

06.11.2017 - 16 novembre 2017 : journée de mobilisation des étudiants. Les étudiants semblent penser que peu d'entre eux auront la possibilié d'obtenir une place dans les filières universitaires qu'ils auront choisies dans l'avenir. Personnellement j'ai l'impression que les enfants des classes populaires vont être encore plus défavorisés.

Début des "Paradise Papers". Quand je pense que le C.H.U. versait une prime de rentrée scolaire à ses employés ayant une famille nombreuse,  cette prime à une certaine époque nous faisait changer de tranche d'impôts et nous devions la reverser intégralement au Trésor Public, nous la gardions environ 3 mois sur notre compte ! une fois nous avons essayé de ne pas la déclarer le Trésor s'en est aperçu et nous l'a réclamée aussitôt. Peu importe si nous avions des enfants étudiants, etc....

07.11.2017 - A propos de l'égo : "NOUS SOMMES CE QUI EN NOUS NE VIEILLIRA JAMAIS".

Serge Marquis : "Pensouillard le hamster" Editions Transcontinantal.

Pour les femmes victimes de pervers qui pratiquent le viol, la violence verbale, la dévalorisation, les coups  dans le couple ou d'autres relations un numéro : ministère de la justice 08 842 846 37.  Ces pervers ayant comme but de rendre l'autre fou ce qui est un mécanisme lui permettant d'échapper à sa propre folie : lui c'est le bon et l'autre le mauvais. Ces individus se trouvent dans toutes les classes de la société, même chez quelques rares juges !... Ils  vous séduisent, vous êtes sous leur emprise et ils vous détruisent ce sont les trois étapes qu'ils vous font franchir. La première le plus souvent est des vous éloigner de votre famille et de vos proches puis ensuite de vous placer dans un réseau de relation de leur choix. Comme lorsqu'ils vous ont séduite vous n'êtiez pas très sûre de vous, il savent cette faille. Comme dans les sectes pour mieux asseoir leur pouvoir sur vous il vous font raconter votre enfance, vos relations avec vos parents et détruisent jour après jour l'amour que vous aviez pour votre famille et toujours cette faille dans laquelle ils s'engouffrent pour mieux vous tenir et vous faire croire que sans eux vous n'êtes rien, mais non c'est eux pas vous.

Parfois ils ont des manies souvent celle de la propreté, ils se lavent souvent les mains, ils ont des expressions de visage, des tics langage immuables. Leur aspect physique se doit d'être parfait, j'ai le souvenir d'une de ces personnes pour qui la perte de ses cheveux dès le début de ses vingt ans était un drame et son angoisse devant ce début de calvitie était telle qu'il ne pouvait s'empêcher de l'exprimer sans cesse. Elle est devenue au fil des jours contagieuse à tel point que des jeunes de son âge autour de lui, fille et garçon, on eu peur de devenir chauves eux aussi et l'on s'est mis à compter les cheveux perdus chaque jour sur le peigne ou dans la baignoire.... Déjà il avait une grande force de conviction et était centré sur sa personne...Puis aussi ils veulent présenter un corps sans défaut, pour ce faire : musculation, jogging et au fur à mesure des progrès courses

08.11.2017 - Rions un peu avec les bâtiments "Un bois des Jardins" Avenue de l'Europe à Blanquefort qui sont habités depuis bientôt deux mois. Pendant leur construction on s'est aperçu que leur hauteur était supérieure à celle prévue sur les plans donc on les a rabaissés, maintenant ce sont les conteneurs semi-enterré qui une fois mis en place ne sont pas au bon endroit ; il faut les reculer. En attendant le long de l'Avenue de l'Europe depuis quelques années un joli chemin pour piétons et vélos avait été conçu sur lequel les assistantes maternelles passaient avec les poussettes et les bambins en toute sécurité, or depuis ces deux derniers mois ce chemin est occupé par des poubelles débordantes remplies des cartons et autres indésirables des nouveaux habitants et de leurs véhicules en stationnement jour et nuit. On raconte que des appartements sont loués sans place de parking et de ce fait le chemin qui est en face des bâtiments sert de parking, n'impore quoi, les gens disent n'importe quoi... la Cogédim...

Harcélement à l'école composez le numéro vert : 3020

10.11.2017 - C'est avec tristesse que Mme Michut va essayer de décrire une personne paranoïaque, ce genre de trait de caractère peut se trouver en chacun d'entre nous à certains moments et dans une proportion supportable. Mais parfois une personne peut dépasser les limites, la gendarmerie le sait bien, ce sont ceux qui sous le couvert de surveiller les voitures qu'ils ne connaissent pas stationnant près de chez eux vont aussitôt leur signaler tout véhicule qui les inquiète et à tort. Ceux qui se pensent toujours menacés par autrui et qui prennent une multitude de précautions... un bruit de pas sur le gravier devant leur habitation et ils sont sur le qui vive : qui est-ce une personne en veut à leurs biens, leurs vies. Ils ne supportent pas la différence, il ont établi des règles de vie pour se protèger et gare à ceux qui en dérogent. Un exemple,  à l'automne ou l'hiver la rue doit être niquel, pas une feuille ne doit traîner, armés de souffleurs de pelles et balais chaque jour ils ventilent, ramassent, et attendent la gratitude et les remerciements de l'entourage. Si par cas vous avez des arbres dans votre jardin il faut que les feuilles tombent chez vous ! le vent est l'ennemi et vous aussi ! car VOS FEUILLES ont éveillé une sentiment d'insécurté chez ces personnes; Il ne faut pas en sourire, ils souffrent...Mais cela ne s'arrête pas là, leur angoisse les oblige à surveiller, osbserver, se poser des repères rassurants. Celui-ci part de ce côté, donc le paranoïaque pense qu'il va tel endroit et il est telle heure c'est son habitude tout va bien c'est un déroulé qu'il maîtrise : il sait. Certains "malades" passent des soirées dans l'angle de leur fenêtre à observer le va-et-vient des autres à la nuit tombante, c'est ainsi qu'il a été raconté à Mme Michut par l'un d'entre eux que des personnes se retrouvaient la nuit dans "le parc" que d'autres leurs femmes étant en voyage en profitaient pour sortir le soir et que par le reflet des vitres de la maison d'en face le paranoîaque avait vu deux personnes s'ébattre, même le cheminement d'un hérisson devant chez eux ils le connaisse ainsi que l'heure et ainsi de suite i. De toute façon ces personnes on besoin de savoir et de se raconter un histoire parfois irrationnelle malheureusement et qu'il répètent à d'autres. Gare à vous si vous les surprenez, si vous changez d'heure pour telle ou telle activité, si vous allez à un endroit sans les en avertis, si vous changez votre manière de vivre, ils veulent savoir pour ne pas être inquiétés. Ils sortent et vont chercher un objet dans le coffre de leur voiture garée devant chez eux, ils ferment leur porte d'entrée à clé. Ils ont des alarmes, tout leur outillage dans leur garage est tenu par des chaînes scellées dans les murs etc... Mais tout n'est pas négatif, ils sont utiles à tous ceux qui veulent faire surveiller leurs maisons, ramasser leur courrier, savoir ce qui s'est passé pendant leur absence. Deplus, ils vérifient le contenu des poubelles, les inspectent une fois les éboueurs passés et les ramènent devant la maison de chaque propriétaires, ils font quelques commentaires sur les déchêts mais c'est peu de choses,et ce n'est pas aux personnes concernées.... Si vous avez une situation sociale supérieure à la leur vous ne courrez aucun risques, ils vous adoreront, c'est valorisant et sécurisant...tout en vous jalousant quand-même (mais ça vous ne le saurez pas s'ils savent le cacher). Dans le cas où vous êtes puissant donnez-leur une mission dans laquelle il y aura un bouc émissaire, visage du danger et vous les apaiserez ils représenteront, par extension, la loi protectrice...

11.11.2017 -  "LE CHAGRIN DES VIVANTS" d'ANNA HOPE - édition Folio n° 6353 Gallimard : parution le 17.08;2017. Durant les premiers jours de novembre 1920, l'Angleterre attend l'arrivée du Soldat inconnu, rapatrié depuis la France pour une cérémonie hommage. A Londres, 3 femmes vivent ces journées à leur manière. Evelyne dont le fiancé a été tué et qui travaille au bureau des pensions de l'armée ; Ada, qui ne cesse d'apercevoir son fils pourtant tombé au front ; et Hettie, qui accompagne tous les soirs d'anciens soldats au piste du Hammersmith Palais pour 6 pence la danse. Dans une ville peuplée d'hommes mutiques, rongés par les horreurs vécues, ces femmes cherchent l'équilibre entre la mémoire et la vie. Et lorsque les langues se déluent, les coeurs s'apaisent.

En 1920, les anciens combattants étaient devenus des troubles fêtes pour la population pressée d'oublier la guerre et ses horreurs.

Tous ces morts, et moi qui suis née trente ans après d'un survivant ayant reçu l'extrême onction 3 fois je porte le poids de ce non récit mais dont le silence a toujours été de plomb et de lames, d'angoisses enfouies par le père sur mes épaule d'enfant puis de femme. On donne la vie, on essaie de donner le change mais aussi ses douleurs et celles-là, il faut leur donner sens...?

14.11.2017 - Ce soir, Conseil de Quartier de Caychac à 19h15 à la maison des services (à côté de l'église Saint-Joseph). 

15.11.2017 - Youpiiiii ! Caychac prépare Noël ! cet après-midi des guirlandes commençaient à être installées  au-dessus de l'Avenue du Général de Gaulle. Il y avait quelques années que nous n'avions pas eu ce petit bonheur des yeux qui nous permet de retrouver quelques jours par ans les petites joies innocentes de l'enfance (pour certains..)

16.11.2017 - "NE NOUS LAISSE PAS ENTRER EN TENTATION" modification de la prière "NOTRE PERE" (prière catholique) en remplacement de "Ne nous soumets pas à la tentation". Voir Le Figaro et La Croix et les explications du père Bernardin.

SAMEDI 18 NOVEMBRE 2017 à 14H30  ASSEMBLEE GENERALE DU G.A.H.BLE  (Groupe d'Archéologie et d'Histoire de Blanquefort) maison du Patrimoine, Allées de Carpinet - 33290 - BLANQUEFORT. Pour terminer l'Assemblée Générale projection de la reconstitution de la Forteresse de Blanquefort du XIIe à XIVe siècle en 3D.

Cher numérus clausus toi grâce à qui ma petite fille gravement blessée s'est retrouvée face à un chirurgien serbe qui comprenait un mot sur deux de français, je te remercie.

18.11.2017 - LE CHAT DU RABBIN (Tome 7) Album de Joann Sfar. Ce nouvel épisode nous ramène à Alger. Le rabbin Sfar et son cousin l'imam Sfar devisent sur leurs différences qu'ils pensent inconciliables. Pourtant, lorsque la mosquée est inondée, le rabbin et l'imam s'entendent pour que les musulmans puissent, le temps des travaux, prier à la synagogue. Pendant ce temps, le chat du rabbin traverse des moments difficiles : non seulement Zlabya a mis au monde un adorable bébé, ce qui le plonge dans une profonde jalousie, mais, pour ne rien arranger, des chatons se sont réfugiés dans la synagogue...Comment de petits chats étrangers peuvent-ils avoir l'audace de boire son lait ? 

19.11.2017 - Journée mondiale des toilettes 1 habitant sur 3 n'a pas de sanitaires.

21.11.2017 - Jean-Marie Olivier nous fait part du décès le 14.11.2017 de son neveu Bernard Lambert à Cognac à l'âge de 65 ans, un des fils de sa soeur Marie-Rose Olivier et notre copain d'enfance quand il venait avec son frère passer les vacances dans sa famille rue Mathurin Olivier.

22.11.2017 - "EYSINES 1917" Une exposition en mémoire de LA GRANDE GUERRE que les adhérents du Groupe d'Archéologie et d'Histoire de Blanquefort vont aller voir demain à 14h15 (rendez-vous parking de la poste à 14h, covoiturage). Cette visite sera commentée par Michel Cognie professeur d'histoire agrégé, à la retraite, du Lycée Jean Monnet de Blanquefort.

23.11.2017 - Dans le journal S.O. un article signé Marie-Françoise Jay relate le déroulé de la réunion qui a eu lieu à la maison des services publics de Caychac à l'initiative de l'Association Blanquefort Avenir "soutien à la minorité municipale"; Le sujet en était  Les transports à Blanquefort et les remarques des usagers.  Pour cette réunion à la MSP la salle était trop petite étant donné l'intérêt que les Blanquefortais portent à leurs moyens de transports. Luc Sibrac président de l'association animait et MM. Christophe Duprat, maire de Saint-Aubinn Vice-Président de Bordeaux-Métropole chargé des transports et Christian Bouscaret, président de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des transports intervenaient.

Christophe Duprat analyse "Blanquefort a la particularité d'avoir des déplacements pendulaires, c'est-à-dire du flux dans les deux sens. Le tram C, qui va fêter son premier anniversaire et dans le bilan aura lieu  en février 2018, transporte 18 millions de voyageurs par an avec une fréquentation en progression de 17%. La station de la gare enregistre 2 400 montées quotidiennes, avec une hyperpointe entre 7 et 8 heures". D'après Christian Broucaret le parc relais avec 206 places est toujours complet et l'on peut agrandire les deux stations de VCub.

Les riverains et usagers se sont exprimés :

- Ceux de la rue de la Gare, trop de bus qui perturbent le calme du quartier et font se fissurer les maisons.

- Ceux de Caychac qui se plaignent du manque de coordination entre bus et tram et demandent de resserrer entre 7 et 8h. Des arrêts à la demande pour le Flexo 57.

- Questionnement sur la cohérence des lignes 22 et 29, l'absence de bus en centre ville, la ligne de chemin de fer de ceinture. Aussi "L'application TBM" de Mobibus, des iténéraires malins de Waze qui fait emprunter des voies qui ne sont pas prévues pour cela...

- Continuité des abonnements entre TER et tram qui pourrait voir le jour en janvier 2018.

- Le désenclenchement intempestif du passage à niveau.

- Un deuxième parc relais à l'étude.

- Le quartier Saturne oublié des transports en commun et pour finir le rôle du Maire dans la prise de décisions du réseau de transports en commun.

Parempuyre : l'étude de faisabilité de l'extension du tram C jusqu'à Parempuyre, dont le résultat pourrait sortir en début d'année. "Ce projet sera forcément attaqué comme tous les autres, c'est pourquoi il vaut mieux prendre le temps et bétonner  le dossier" prédit Christophe Duprat qui prend les devants.

Et revoilà la déviation de Caychac dont l'mprise est pourtant inscrite sur le site de la Métropole sous le nom de projet 54.

Christophe Duprat à propos de l'extension de la ligne C jusqu'à Parempuyre et la déviation de Caychac fait observer que : "Certains groupes considèrent qu'il ne faut plus créer de voies nouvelles, alors que le secteur est en plein développement".

25.11.2017 - LES CHIFFONNIERS DE PARIS - auteur Antoine Compagnon - éditeur Galimard - Les chiffonnier de Paris au XIXe siècle : un sujet original et inattendu. Un sujet d'une grande richesse, entre histoire, économie, urbanisme, littérature et art. Morceau de vieux linge, le chiffon sert à la fabrication du papier. Or la demande explose après la révolution industrielle, avec l'essor de l'instruction et l'abondance de la presse. Le chiffonnier est à la fois l'inquiétant rôdeur des nuits de la capitale et l'agent indispensable des progrès de la société. Sa figure hante l'oeuvre des écrivains et des peintres, d'Hugo à Baudelaire et Théophile Gautier, de Daumier à Gavarni. Dans son Tableau de Paris, Louis-Sébastien Mercier repérait en 1781 sa montée en puissance : "Le voyez-vous, cet homme qui, à l'aide de son croc, ramasse ce qu'il trouve dans la gange et le jette dans sa hotte ?...Ce vil chiffon est la matière première qui deviendra l'ornement de nos bibliothèques, le trésor précieux de l'esprit humain. Le chiffonnier précède Montesquieu, Buffon et Rousseau..." (à suivre)

En souvenir de Lise qui a été mon enfant dans un premier temps puis sans que j'y prête attention mon enfant et aussi mon professeur de littérature. "JE TE DOIS TOUT LE BONHEUR DE MA VIE" par Carole Yvoire en livre de poche. Ce roman raconte l'histoire de Virginia et Léonard WOOLF.